• Nous sommes donc le vendredi 13 mai , il est temps pour Déborah d'exister, d'être enfin elle même telle qu'elle se sent dans son âme. Direction salle de bain, maquillage léger, tenue "passe partout" (hum , pas évident pour une fétichiste! sourire) mais bonnant malant nous y sommes arrivé. Volià Déborah est prête...et morte de peur au point de faire un pas en avant et cinq en arrière, avec kiôki-san nous l'aidons à surmonter son angoisse et finalement nous finissons par arriver à la voiture. Le trajet est silencieux au point que j'enttendrais presque l'esprit de Déb se poser mille et une questions sur la destination vers la quelle roule Maître. Je cherche son regard de temps à autre pour la soutenir, elle esquisse un sourire crispé...ufff ça va pas être facile.

    Je ne vais pas vous raconter la suite de la soirée, tel n'est pas le sujet de ce post. Si elle le souhaite Déborah partagera son ressenti. Cette expérience a été pour Déborah difficile, se montrer au grand jour, en public, vivre enfin comme elle souhaiterait le faire tous les jours , sans peur ni anxiété.

    La société n'est pas tolérante, est c'est dommageable car l'on ne choisit pas d'être, on est, tout simplement. Mais il faut incontestablement pour "être dans le socialement correct" coller à son statut administratif. 

    Déborah est un exemple pour moi, belle, intégre, sincère, douce, attentive, drôle...en résumé "vraie", et ce n'est pas rien dans ce monde particulier. Elle a, sans être dirigée, de façon innée, la beauté que procure la soumission. 

    Je sais que cette soirée a été pour elle merveilleuse (du moins je l'espère..sourire), mais d'une extrême difficulté psychologique. Oser affronter les regards, prendre le risque d'agression, non pas physique mais plus les reflexions qui blessent l'âme et qui mettent un temps infini à cicatriser. Maître a tout fait pour "écarter" les potentiels "dangers", marchant devant et affrontant les éventuels regards réprobatteurs, nous étions tous conscients que le risque zéro n'existe pas. Au fur et à mesure que la soirée se déroulait, Déborah se détendait , finalement elle se rend compte qu'elle passe pratiquement inapperçue , nous avons même pris un verre dans une "paillotte"!! A la sortie elle "a osé" lever sa jupe pour franchir la barrière qui délimitait le parking !!! elle était fière !! adorable et touchante.

    Je sais ce que représente pour elle cette soirée. Je voudrais ici, lui dire à quel point je suis fière d'elle, Je suis fière et heureuse d'avoir été à ses côtés. Je suis riche de son amitié , une soirée magique que nous avons partagé, car s'il est vrai que c'était "sa soirée, son cadeau" elle a su une fois de plus nous transmettre son émotion... Nous sommes tous fiers de toi!!! 

    Sacrée soirée!!!

    La prochaine pour quand Déb? sourire...dans le courant de l'été ça serait plutôt bien , non? Pour encore plein de belles émotions qui font que le coeur déborde de joie et du plaisir du partage.

    Merci pour ça ma douce amie. Merci d'être telle que tu es.


    3 commentaires
  • Cry

    Je suis rebelle parce que le monde m'a fait ainsi
    parce que personne ne m'a traité avec amour

    Je suis rebelle parce que toujours et sans raison
    ils m'ont refusé tout ce que j'ai demandé
    ils m'ont seulement donné l' incompréhension
    Et je voudrais être comme un enfant
    comme l'homme qui est heureux
    Et je voudrais donner ce qui existe en moi
    tout en échange d'amour
    Et rêver et vivre
    et oublier la rancune
    et chanter et rire
    et ressentir seulement de l'amour  

     


    1 commentaire
  • Imaginez un immense coffre à trésors pour soumise curieuse... Des robes, jupes, des corsets de toutes sortes, toutes couleurs, toutes matières... Difficile de ne pas être tentée... A l'occasion d'une visite chez mon amie Déborah, je profite d'un moment propice pour m'éclipser et partir en exploration et essayage, ne sachant que choisir parmi toutes ces merveilles... C'est dans une magnifique robe digne des rêves de princesse de petite fille que Déborah me trouve.

    La curiosité est un vilain défaut , Maître estimant que cela méritait une correction donna l'autorisation à Déborah de la choisir.
    La tenue s'y prête admirablement, et soulevant le taffetas Déborah s'exécute avec complicité et douceur...Mais chuttt...n'allez pas le répéter à Maître.
    Promis, la prochaine fois nous filerons comme des enfants en douce  toutes les deux, partager encore de ces moments complices de soumises...


    1 commentaire
  • Je trouve que cela fait bien longtemps que je ne vous ai pas poster de photos shibari.... 

    Et vous ne m'en réclamez même pas!! ah lala!!... 

    en voici quelques unes que j'ai partager avec des partenaires de qualité

    Merci les filles pour ces moments privilégiés.

    <script type="text/javascript"></script>


    1 commentaire
  •  

           

    Je ne suis pas particulièrement fétichiste, bien qu'il vaille mieux qu'une boutique de chaussures ne soit pas dans le périmètre d'une promenade !!

    Je n'ai pas résisté à la curiosité de porter une superbe et étonnante tenue en latex prêtée par mon amie Déborah. Pour moi qui aime toutes formes de contraintes cette première a était des plus savoureuse et un peu difficile aussi il me faut l'avouer. Sentir la matière compresser le corps, la taille enserrée par un magnifique nœud, l'obligation de réguler la respiration, une étrange sensation de froid qui m'a surpris, je pensais plutôt mourir de chaud! Un changement étonnant pour une habituée de contrainte par les cordes qui ont cette particularité de vous envelopper de leur chaude étreinte. Sensations nouvelles,,,

    Déborah!! quand tu veux pour une incursion dans ta garde robe!!sourire,,,J'ai aimé!! Merci Déborah, en plus de la découverte le plaisir de porter une tenue,,,amusante.

    Na!!!

    <script type="text/javascript"></script>


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires