• Ainsi font, font, font

    <script type="text/javascript"></script>

     Le marionnettiste "joue avec  les ficelles"...Les yeux fermés... l'esprit voyage, Guignol, Polichinelle...Vers des traditions plus lointaines , les légendes du bunraku.

    Le bunraku (文楽) est un type de théâtre japonais datant du XVIIe siècle.

    Les personnages y sont représentés par des marionnettes de grande taille, manipulées à vue.

     

     

    Art unique par son raffinement, le bunraku met en scène une humanité de bois. Bien que manipulés à vue, ces petits acteurs, inspirant notamment les acteurs de kabuki, dégagent une hallucinante impression de vie. Chaque personnage est mu par un triumvirat d’opérateurs qui exercent leur art sans dissimulation ni affectation d’habileté.

    Au centre, le maître (omozukai), au visage découvert, manipule les jeux de physionomie de la poupée (yeux, lèvres et sourcils) et le bras droit. Ses deux assistants, de noir vêtus et cagoulés, se chargent du bras gauche et des mouvements de pieds (uniquement pour les rôles masculins) ou des mouvements de kimono (pour les rôles féminins). Le geste juste exige une synchronisation parfaite. La forme spectaculaire du bunraku s’est développée devant le succès grandissant au siècle dernier du kabuki. Ces deux théâtres ont en commun un même répertoire de pièces historiques et de drames bourgeois. Les origines du théâtre de marionnettes(ningyo-joruri) ou « drames de poupées » remontent à des temps très lointains. D’abord présenté par des artistes itinérants puis repris au XVe siècle sous une forme religieuse, ce théâtre associant le récit et la musique à la marionnette fixe à Kyoto ses bases à la fin du XVIe siècle. C’est au XVIIe siècle que ce théâtre atteint sa perfection lorsque les meilleures troupes s’installent à Osaka.

    Le Théâtre Bunraku - Japon

    Ce spectacle est accompagné par un narrateur (tayû), chanteur de joruri, et un musicien de shamisen (instrument à long manche et à trois cordes). La concordance entre la parole du récitant et le geste des marionnettistes fascine. L’ensemble donne à la représentation une force inouïe.

     

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Jeudi 11 Mars 2010 à 14:41
    Rester humble
    C'est fascinant en effet, j'aime beaucoup . Mat et moi accordon beaucoup d'interet à l'art Japonais. Dans bien des choses ils ont étés en avance . Et malgrer tout ils savent rester humble.
    2
    Enlaceur
    Mercredi 7 Avril 2010 à 16:25
    Marionnette
    J'avoue que je suis resté fixé sur la 'marionnette'. Le théâtre japonais, ça doit être formidable et tout ça. Mais là, je suis juste resté bloqué sur la 'marionnette'. L'une des images de cordes qui m'aura le plus marqué. Merci.
    3
    Mardi 13 Avril 2010 à 14:54
    Rép. à Enlaceur
    Je prends ce compliment avec plaisir...Mais tout de même une marionnette n'a que les ficelles et le bon vouloir de celui qui les tirent pour exister...Et si vous êtes "fixé" c'est problématique (un peu d'humour ne peut nuire, n'est ce pas). Merci de votre passage.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :