• Ingénue

    Je vérifiais une dernière fois ma tenue, lissais les plis de mon kilt, micro kilt d’ailleurs j’avais beau tirer dessus  il ne se rallongeait pas d’un millimètre, je réajustais le noeud de cravate (qui m'avait bien complqué la vie!!!) sur le col de mon chemisier, remontais les chaussettes blanches  bien en place sous les genoux, mes chaussures « collège » parfaitement cirées, fermais les boutons du blazer, respirai un grand bol d’air et me décidais enfin à poser mon doigt sur la sonnette…Au dessus une plaque en  cuivre avec l’inscription « tenue sexy exigée pour les dames ». A défaut de sexy ma tenue était pour le moins inattendue dans ce genre de lieu. Un aperçu...cliquez ici...Qu'en pensez vous?  

    Les pas se rapprochent et la porte s’ouvre, une jeune femme en tenue très suggestive me salue « l’établissement est interdit aux mineurs, mademoiselle ». Ma transformation était réussie, elle ne m’a pas reconnu sur l’instant, nous sommes pourtant amies depuis plusieurs années.« Humm, très intéressante ta tenue, une vraie petite écolière tu es à croquer » me dit elle dans un éclat de rire…

    Je ne me sentais pas du tout rassurée par son assentiment et intérieurement je dois dire que je maugréais contre mon Maître qui avait eu l’idée de ce scénario, poussant même jusqu’à exiger que je porte ce soir là des dessous en coton que l’on devinait à chacun de mes pas vu la longueur de la jupette. Il fallait maintenant que l’intérieur soit en accord avec l’extérieur. Je devais « coller » au personnage et adopter le comportement de la parfaite jeune fille fraîche et innocente, qui a tout à apprendre de la vie, des hommes, du désir, du sexe.

    Me voilà donc dans le décor qu’il a choisit pour cette nouvelle expérience, un club libertin, un avantage cependant je connais les lieux et le personnel ce qui n ‘est pas négligeable pour la suite du scénario.

    …Un dernier coup d’œil dans le grand miroir du vestiaire…nouvel échec …malgré mes efforts impossible de rallonger la jupette de quelques centimètres. Mon entrée dans la salle ne passa pas inaperçue, il faut dire que je cumulais…outre ma tenue il n’est pas fréquent de voir une femme seule se rendre en club libertin. Au bar quelques visages familiers que je saluais, je me sentais un peu plus rassurée. Je m’installais sur un des hauts tabourets de cuir rouge et observais discrètement les personnes présentes susceptibles de me permettre de concrétiser les ordres de mon Maître…

    Je devais ce soir là jeter mon dévolu sur deux hommes tout en gardant à l’esprit que j’étais une ingénue, « une jeune fille de bonne famille«, je devais les faire jouir sans qu’à aucun moment je ne leur permette de me toucher d’aucune façon. 

    Mon choix se porta sur deux clients qui se tenaient au bout du bar, je baissais les yeux quand nos regards se croisaient et répondis par un sourire timide à leur invitation quand ils proposèrent de m’offrir un verre. Je cherchais comment mener à bout les ordres reçus tout en répondant aux questions habituelles dans ces genres d’endroits…Vous venez souvent ? Vous êtes du coin ? Etc, etc…

    L’inspiration ne venant pas, je profite d’une musique entraînante pour faire un tour sur la piste de danse, après tout une « jeune fille de bonne famille » peut se défouler sur la musique, même avec une jupette que j’avais renoncé à rallonger…

    Je reviens vers le bar, « mes hommes » sont là assis côte à côte, je saisis l’aubaine, je me place au milieu des deux et demande un verre d’eau. Mon esprit échafaude instantanément son plan, profitant de la phase séduction que les deux compères ont entamée. Il me faut toutes les ruses possibles pour éviter que leurs mains se posent sur moi, en restant souriante et ingénue à la fois… (Grr…Maître).

    Je décide de passer à l’offensive et pose innocemment mes mains sur leurs cuisses respectives, leurs esprits s’échauffent rapidement et j’esquive leurs attouchements à plusieurs reprises de plus en plus difficilement.

    Une main dans chaque braguette je sors leurs sexe et entame de mener à bien ce pourquoi j’étais là, les désirs de mon Maître…Je devais très certainement jouer mon rôle avec beaucoup de conviction, leurs sexes gonflés en était la preuve…ajoutez à ça la situation, une « jeune écolière qui vous branle dans un club libertin, assis sur un tabouret de bar ». En un tournemain (sans jeu de mot bien entendu…sourire),

    Les deux acolytes rendirent les armes, j’accomplissais les ordres de mon Maître…enfin presque…Au moment de leur capitulation, dans l’extase du plaisir je ne pu empêcher leurs mains de saisir un sein pour l’un, une caresse sur les fesses pour l’autre.

    Le lendemain je relatais fidèlement ma soirée à mon Maître, sans rien omettre…Ce qu’il advient par la suite...Dans un autre post, promis.

     

    P.S. Mes respects à mon Maître, pardon pour le « Grr…Maître »…Il y a prescription depuis…N’est-ce pas Maître…Mon espièglerie me jouera des tours un de ces jours…sourire.

     

     

     

     

     

     

     


    <script type="text/javascript"></script>


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :